Créer mon blog M'identifier

Cette fille bousille son corps pour ressembler à Kim Kardashian!

Le 28 septembre 2015, 12:40 dans Beauté 0

Triste, triste histoire que celle de cette jeune fille qui a abusé de la chirurgie juste pour s'identifier à son idole, Kim Kardashian. Elle se nomme Aleira Avendano, elle est vénézuélienne, et il suffit de regarder les photos pour se rendre compte jusqu'où cette jeune femme est allée juste pour essayer de ressembler à la star de télé-réalité américaine...

La première question que vous allez vous poser va être sans doute à propos de sa taille anormalement étroite. Pour atteindre un tel résultat, la technique choisie par la jeune femme n’a pas été la chirurgie plastique comme pour le reste du corps, mais de porter un corset très serré pendant 6 ans, et ce à raison de 23 heures par jour. Même si le résultat peut sembler ahurissant, les médecins assurent que la procédure peut être très dangereuse, pour ne pas dire fatale, pour le corps. En ce qui concerne les autres parties du corps, les interventions ont été multiples : augmentation de la poitrine avec des implants mammaires, augmentation des fesses toujours par implants, liposuccion, lifting du visage et même extension des cheveux.

Ce n’est pas la première fois qu’une personne essaye d’avoir recours au bistouri pour s’identifier à la vedette de L’incroyable Famille Kardashian : souvenez-vous du cas de Jordan James Park, jeune homme anglais et un de ses plus grands fans qui s’était défiguré pour réaliser la même ambition que la jeune vénézuélienne…

Le cas de Aleira est une preuve de plus du degré d'obsession que peuvent avoir certaines personnes juste pour avoir une forme de silhouette, de poitrine ou de visage différent. Ce dévouement, si on peut l'appeler comme ça, nous amène à nous questionner de la légitimité de l'intervention forcée des médecins qui bien souvent leurs conseils sont ignorées de la part de leurs patients.

La fureur de la chirurgie de la mâchoire en Corée du Sud

Le 10 septembre 2015, 12:24 dans Humeurs 0

Dans une époque où la chirurgie plastique se popularise et se banalise fortement, dans quelques pays en particulier cette pratique s’est enracinée profondément dans la culture populaire jusqu’au point de devenir un véritable symbole de réussite sociale. La Corée du Sud fait partie de ces pays, une nation où les jeunes générations se soumettent de plus en plus au remodelage du visage pour avoir de meilleures chances dans la vie professionnelle, sociale ou sentimentale. Parmi les opérations les plus demandées, figurent en haut de la liste la chirurgie de la mâchoire, une opération considérée comme lourde et aux conséquences sérieuses.

Toujous prenant le modèle de beauté occidental comme celui à suivre, les jeunes coréens et coréennes n’hésitent pas à passer sous le bistouri pour effectuer une opération de chirurgie esthétique de la mâchoire (chirurgie orthognatique) pour transformer sa forme carrée ou plate en forme plus fine et plus pointue. Cette opération délicate était connue pour être pratiquée seulement dans le cas de malformations dentaires qui gênent la mastication, en en remédiant à un cas de prognathie (mâchoire trop avancée) ou au contraire un cas de rétrognathie (mâchoire trop reculée).

Mais depuis quelques années, l’exigence de cette intervention vise presque entièrement à satisfaire des exigences purement esthétiques, pour avoir cette mâchoire « en forme de v » tant voulue surtout par les femmes ; car il faut savoir que dans le pays du matin calme, la femmes subissent constamment une lourd pression sociale concernant la beauté physique, un facteur jugé déterminant dans le pays pour accéder à une vie pleine de succès et d’épanouissement.

Selon la Société Internationale des Chirurgiens Plastiques et esthétiques (ISAPS), il est estimé qu’une femme sur quatre a déjà eu recours dans le pays à une opération de chirurgie d’embellissement ou de rajeunissement. Mais d’autres chiffres indiquent également qu’en moyenne une femme sur deux a déjà eu des complications (infections, perte de sensibilité, paralysie,…) suite à une intervention sur la mâchoire, vu que l’intervention car elle nécessite d’intervenir directement sur le squelette facial afin d’obtenir les résultats voulus.